Articles de fond
Palimpsestes historiques et effet de vie dans Mémoires. L’Aurore vient du fond du ciel de Maurice Druon PDF Imprimer
Écrit par Chantal Bonono   
Mercredi, 19 Mai 2021 15:28
L’ambivalence des Mémoires qui tiennent de l’autobiographie et de l’Histoire ouvre des perspectives intéressantes d’étude sur ce qui peut constituer l’une des formes du récit historique moderne dans lequel le mémorialiste entremêle histoire personnelle et histoire collective. Pour  Aron, Saint-Jacques et Viala « les mémoires sont censés contenir une part de témoignage historique et ne couvrir qu’une partie de la vie de leur auteur » (Aron 2002 : 385) Maurice Druon dans le tome 1 de ses Mémoires rapporte des événements personnels et historiques qui vont de sa naissance à la deuxième guerre mondiale à laquelle il a participé. Ce faisant il articule son récit et sa réflexion autour de certains événements, lieux et faits avérés, ainsi que de grandes figures  littéraires, politiques et militaires ayant réellement existé. Notre objectif  est  d’analyser ces palimpsestes (pour emprunter à Genette) historiques  et de situer leur contribution à la théorie de l’effet de vie dans l’art selon Marc-Mathieu Münch.
 
Introduction
Les mémoires constituent une forme de récit tant historique que personnel. Le mémorialiste, tout en s’adonnant à une relation de l’Histoire raconte sa petite histoire dans le but de présenter sa biographie mais surtout le fait  pour rappeler qu’il a été acteur dans les grands événements qui ont traversé son époque. Le mémorialiste témoin et acteur des événements semble user d’une certaine objectivité  et en même temps fait montre d’une subjectivité certaine. Au croisement de l’autobiographie et de la grande histoire, le mémorialiste  assume son propre  récit en essayant de restituer la vérité des faits. La question est de savoir comment  un tel genre peut-il induire d’un effet de vie ?  Concrètement : comment les mémoires qui retracent le passé historique entremêlé à l’histoire personnelle peuvent-ils intéresser ou interpeller le présent historique ainsi que l’histoire de la collectivité ? 
 
Roman cinématographique et effet de vie chez Milan Kundera PDF Imprimer
Écrit par Jean-Marie Yombo   
Samedi, 05 Décembre 2020 15:40

Résumé
Cette étude s’intéresse au lien qui existe entre l’œuvre romanesque de Milan Kundera et le cinéma. Elle s’emploie à démontrer que le romancier, en dépit du rejet qu’il manifeste à l’égard des adaptations filmiques du roman, pratique une écriture qui prend la syntaxe cinématographique comme modèle compositionnel du récit. Par ailleurs, cette étude veut montrer qu’en empruntant au cinéma ses techniques, Milan Kundera donne naissance à un roman cinématographique dont le matériau incitatif finit par produire un « effet de vie » dans le psychisme du lecteur-spectateur. Pour ce faire, nous nous appuyons sur la théorie de l’intermédialité (Müller 2000) et sur celle « l’effet de vie » (Münch 2004).

Mots-clés : adaptation, art, cinéma,  effet de vie, intermédialité, média. 

Introduction

Milan Kundera s’est frotté très jeune à l’art cinématographique qui a fortement imprégné son imaginaire. Plus tard, il a enseigné le cinéma à Prague et à Paris et a permis, en tant que coscénariste, l’adaptation de La Plaisanterie et de L’Insoutenable légèreté de l’être. Par ailleurs, il s’est lié d’amitié avec Hynek Bôcan, à qui il a autorisé l’adaptation filmique de sa nouvelle intitulée « Personne ne va rire », extraite de Risibles amours. Ces noces scénaristiques du roman avec le septième art tendent à montrer que le cinéma est tributaire du genre romanesque dont il s’inspire très souvent :

Les historiens du cinéma s’accordent désormais à reconnaître, après Etienne Fuzellier, que dès le départ, le cinéma a trouvé inspiration dans le roman, non seulement en développant l’adaptation dès les premières années du XXe siècle, mais en s’attachant prioritairement au roman […] comme un modèle structurel, narratif et thématique (Plana 2004 : 106).

Lire la suite...
 
La vie et l'art, deux réponses à la mort cosmique PDF Imprimer

Article de Georges Chapoutier,

publié dans L'Esprit du temps, 2003/2 n° 124, pages 131-139
et reproduit ici avec l'aimable autorisation de l'auteur : 

ChapouthierGeorges-LaVieEtLArtDeuxReponsesALaMortCosmique.pdf

 
L'effet de vie de l'art - conférence de MMM PDF Imprimer

Enregistrement vidéo d'une conférence donnée par Marc-Mathieu Münch, Université de Lille SHS (durée : 1h09)

https://vimeo.com/124015908 

 

 
Your Brain on Fiction PDF Imprimer
Écrit par Annie Murphy Paul   
Samedi, 17 Mars 2012 20:21

Amid the squawks and pings of our digital devices, the old-fashioned virtues of reading novels can seem faded, even futile. But new support for the value of fiction is arriving from an unexpected quarter: neuroscience

Brain scans are revealing what happens in our heads when we read a detailed description, an evocative metaphor or an emotional exchange between characters. Stories, this research is showing, stimulate the brain and even change how we act in life.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 2